Radio Oreole Flash Info :
latest

728x90

468x60

Affichage des articles dont le libellé est POLITIQUE. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est POLITIQUE. Afficher tous les articles

18 juillet 2024

Partenariat Commonwealth-Togo : Patricia Scotland fait le point de sa visite de travail au chef de l’État Faure Gnassingbé


Le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé s’est entretenu ce mercredi 17 juillet 2024 à Pya (préfecture de la Kozah) avec Madame Patricia Scotland, Secrétaire générale du Commonwealth des Nations, en visite de travail au Togo.

Cette visite de haut niveau s’inscrit dans le cadre du renforcement des liens de la coopération entre l’institution et notre pays, deuxième pays francophone de l’Afrique subsaharienne avec le Gabon ayant fait le choix d’adhérer au Commonwealth en 2022 dans un contexte économique mondial de plus en plus diversifié.

A cet égard, Madame Patricia Scotland a fait au chef de l’État, le point de sa visite de travail au Togo, notamment les séances de travail avec les responsables des institutions de la République, les membres du gouvernement, les organisations de la société civile ainsi que les regroupements des femmes, séances au cours desquelles les discussions ont porté sur les défis de développement du Togo et l’accompagnement futur du Commonwealth dans les  domaines entre autres économique, politique institutionnel et de la jeunesse.

« Je suis ravie d’avoir effectué cette visite au TogoJ’ai échangé avec le chef de l’Etat sur les différentes opportunités qui s’offrent au Togo suite à l’adhésion du pays au Commonwealth notamment le commerce intra-Commonwealth, et la promotion de la jeunesse. Nous avons également parlé du terrorisme, de l’extrémisme violent, l’autonomisation de la femme et de la jeunesse et du changement climatique, des questions qui tiennent à cœur aux populations togolaises ».

La Secrétaire générale du Commonwealth a par ailleurs, partagé avec le chef de l’Etat le rapport de l’atelier d’échanges qui s’est tenu à Kara avec les acteurs du Programme d’urgence de renforcement de la résilience dans la région des Savanes (PURS) et du Projet de cohésion sociale des régions nord du Golfe de Guinée (COSO).

A l’occasion, la Secrétaire générale du Commonwealth a salué ces initiatives innovantes et s’est félicitée des efforts du Président de la République dans la consolidation de la paix et la stabilité au Togo et dans la sous-région ouest africaine.

Madame Patricia Scotland s’est réjouie de sa visite de travail qui augure de bonnes perspectives dans le partenariat entre le Commonwealth et le Togo.

« J’ai eu l’immense privilège de visiter le Togo pour la toute première fois et j’ai pu constater de visu la chaleur de l’accueil qui m’a été accordé. Je n’oublierai jamais cette mission au Togo et je crois que le Togo a beaucoup de choses à apporter au Commonwealth. De même le Commonwealth a beaucoup de choses à apporter également au Togo ».

Le Togo a adhéré au Commonwealth le 24 juin 2022, une adhésion entérinée le 20 octobre 2022 par le Togo Flag-raising au siège du Secrétariat général du Commonwealth, Marlborough House, à Londres en Angleterre, en présence du chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé.

Cette adhésion a permis au Togo de participer régulièrement aux activités de Commonwealth, de renforcer les relations d’amitié et de coopération avec les pays membres de l’organisation et de diversifier son partenariat économique avec les investisseurs étrangers.

Créé en 1949 par la Déclaration de Londres, le Commonwealth est une organisation intergouvernementale regroupant les pays qui s’engagent dans la promotion de la démocratie, la paix, des droits de l’homme et de la bonne gouvernance.

Avec la présidence de la République

11 juillet 2024

Togo-Tournée d’échanges : Les députés de la région de la Kara à la rencontre des populations de la préfecture de Bassar



Après la préfecture d’Assoli le lundi 8 et le mardi 9 juillet 2024, c’est le tour de la préfecture de Bassar d’accueillir les élus de la région de la Kara,  le  mercredi 10 et le  jeudi 11 juillet 2024. Cette tournée initiée par les députés de la région  vise  à échanger avec les populations à la base, recevoir leurs préoccupations et leurs avis,  et établir une véritable base de confiance   afin de soutenir les actions du développement dans la région.

Avant la délégation des députés de la région de la Kara,   ce sont les députés  de la préfecture de Bassar qui  ont échangé dans la matinée du  mercredi, 10 juillet 2024,   avec les Maires des quatre communes de la préfecture de Bassar, les chefs traditionnels, les chefs services, les CVD, les corps habillés et les comités des parents d’élèves. Dans l’après-midi, ce fut le tour  des jeunes et des syndicats de tous les corps de métiers (artisans) de la préfecture de Bassar d’avoir les échanges avec les députés.

La délégation des députés de la région de la Kara sera à Bassar quelques heures. Ainsi,  après l’intervention du porte parole des populations de Bassar  pour le mot de bienvenu, les honorables députés, notamment, Mme Kassah-Traoré, Tchitchao Tchalim et Yawanké Waké Gbati ont tour à tour pris la parole pour placer le contexte et l’objectif  de la rencontre. Selon eux, c’est une tournée  où il s’agit d’apporter un message de paix aux populations de toute la région de la Kara dont fait partie celle de la préfecture de Bassar.

Notre pays le Togo vient d’amorcer une nouvelle phase de sa marche vers son développement avec le double scrutin du 29 avril 2024. Ce double scrutin, qui s’est déroulé dans le calme  a  une fois encore prouvé le degré élevé de de notre  maturité  politique. Ce double scrutin, législatif et régional a aussi vu la victoire du parti Union pour la république, UNIR. Aujourd’hui, il est question de s’unir autour d’un seul objectif qui est celui du développement de notre pays, qui est  d’ailleurs le vœu le plus cher du président de la république, son Excellence Faure Essozimna Gnassingbé. Nous sommes venus vous dire que c’est ensemble avec vous que nous devrions mener cette lutte aux côtes du chef de l’État pour atteindre cet objectif pour notre propre bien”, a  fait savoir la député Kassah-Traoré, cheffe de la délégation,  qui a en outre appelé les populations à continuer par cultiver l’esprit de cohésion et du vivre ensemble sans distinction de religion, d’ethnie ni d’appartenance politique.

Yawanké Waké Gbati a pour sa part, salué l’esprit de solidarité  et du vivre ensemble qui ont  toujours caractérisé les populations de la région de la kara dont celle de Bassar en particulier,  et qui font que chacun se sent à l’aise  et mène tranquillement ses activités. “Nous sommes appelés à vivre ensemble pour développer notre région et par ricochet notre pays. Personne ne viendra développer le Togo. Et pour ce faire, notre comportement déterminera la position des investisseurs. Le chef de l’État, son Excellence Faure Essozimna Gnassingbé, ne ménage aucun effort pour que notre pays soit hissé à un haut niveau de développement. Nous avons l’obligation de le soutenir dans cette marche pour notre  bien à nous tous. Je nous invite à continuer par cultiver les valeurs de paix et de stabilité qui font qu’aujourd’hui, notre pays est envié”.

Maître Tchitchao Tchalim dans son intervention est revenu sur l’esprit de solidarité qui est encré depuis toujours   dans le comportement des populations togolaises de toutes les régions.

Abordant la question de la nécessité de préserver notre pays contre l’instabilité, il a laissé entendre que la dernière révision de la constitution s’inscrivait dans cette logique.


Il  nous faut la stabilité pour développer notre pays. Nous voyons ce qui se passe ailleurs dans d’autres pays, qui aujourd’hui souffrent des phénomènes tels que le terrorisme, le djihadisme et autres. Notre entrée dans la cinquième république avec un régime parlementaire a  l’avantage de nous préserver de beaucoup de maux, dont l’instabilité. Et vous convenez avec moi que  sans la stabilité, la sécurité aucun développement n’est possible”, a fait savoir Tchitchao Tchalim.

Les échanges ont été approfondis sur la nouvelle constitution votée le 19 avril 2024 et  promulguée le 06 mai 2024,  surtout  les innovations apportées et qui mettent le pays à l’abri de l’instabilité.

Au cours des échanges, les  différentes couches de la population de la préfecture de Bassar ont posé des questions d’éclaircissement et exprimé de nombreuses doléances, entre autres les infrastructures routières (Route Sokodé-Bassar et les pistes rurales, Ndlr), l’électrification des cantons (canton de Bangeli mis en exergue), la délivrance des diplômes des apprentis des artisans.

Par ailleurs, les  groupes organisés  de la préfecture de Bassar dont  les agriculteurs (producteurs et productrices), ont reçu la visite des députés, qui ont également visité  et l’une des  ZAAP installée dans la région. Le Centre de Développement des Sports (CDS) de Bassar  a aussi été visité ,et  les échanges ont eu lieu avec la Coordinatrice du centre et les jeunes pensionnaires.

Outre  la Première Vice-présidente de l’Assemblée Nationale, Mme KASSAH-TRAORE Zouréhatou, en tant que cheffe de mission, TCHALIM Tchitchao, élu  de la préfecture de la Koza et  YAWANKE WAKE Gbati, élu de la préfecture de Bassar, il y a avait   aussi GANI Koffi, premier Secrétaire parlementaire, élu de la préfecture de la Binah, OUADJA Binantifame et TCHABORE Hatimi tous des deux de la préfecture de Bassar, PISSIYOU Sami Essokudjowu de la Kozah, BAMANA Baroma de Doufelgou, NADJO N’Ladon de Dankpen, et KARANGO Yaka de la Kéran.

En marge de cette visite, une séance de reboisement de jeunes plants a été faite par les membres de la délégation.

06 juillet 2024

Togo : Agbéyomé Kodjo conduit à sa dernière demeure

Crédit photo Republicoftogo.com

Au Togo, l’ancien Premier ministre Agbéyomé Kodjo, décédé le 3 mars dernier, a été inhumé ce samedi 6 juillet 2024 dans son village natal de Tokpli (préfecture de Yoto).

Un peu plus tôt dans la matinée, une messe a été célébrée en la paroisse Saint Jean Apôtre de Lomé en présence de la famille et des proches. Puis direction Tokpli pour l'enterrement.

Agbéyomé Kodjo a marqué la vie politique togolaise. Il fut un très proche collaborateur du feu président Gnassingbé Eyadéma avant de tomber en disgrâce. Il parti en exil mais fera son retour à la faveur des mesures d'apaisement prises par le chef de l'Etat Faure Gnassingbé. Il rentra ensuite dans l'opposition. 

Candidat à plusieurs reprises à l'élection présidentielle, Agbéyomé Kodjo est à arrivé en deuxième position en 2020. 

Rappelons qu'il a également occupé le poste du président de l'Assemblée nationale du Togo.

05 juillet 2024

Rapport IDH 2023/2024 : le Togo enregistre un progrès remarquable



Le ministère de la planification du développement et de la coopération a organisé jeudi 4 juillet 2024 un atelier de dissémination à l’endroit des médias sur le dernier rapport relatif à l’indice de développement humain (IDH). 

Les travaux ont été présidés par Madame Sandra Ablamba Johnson, Ministre, Secrétaire Générale de la Présidence de la République en présence de Madame Yawa Kouigan, ministre de la communication et des médias, porte-parole du gouvernement. L’objectif de cette rencontre est d’échanger avec les professionnels des médias sur les performances du Togo en matière du développement humain ainsi que les facteurs explicatifs desdits progrès, particulièrement les réalisations enregistrées dans le cadre de la mise en œuvre de la Feuille de route gouvernementale 2020-2025.

Selon le rapport sur le développement humain 2023/2024 lancé officiellement par le gouvernement et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) le 18 juin 2024, le Togo a enregistré un progrès remarquable. En effet, l’indice de développement humain du pays est passé de 0,539 en 2021-2022 à 0,547 en 2023-2024. En outre, le revenu national brut par habitant est passé de 2167$ US en 2021-2022 à 2214$ US en 2023-2024. 


Avec cette performance, le Togo est classé 1er dans l’espace UEMOA et 4ème dans la CEDEAO après le Cap-Vert, le Ghana et le Nigéria.

Des analyses, il ressort ces dernières années que l’IDH du Togo présente une tendance à la hausse passant de 0,484 en 2014 à 0,547 en 2023/2024, soit une progression de 13% entre 2014 et 2023/2024. Au vu de ces performances, le pays est dans la dynamique de franchir le seuil de la catégorie des pays à indice de développement humain moyen égal à 0,550. 

Ces efforts sont en droite ligne avec la politique d’inclusion économique et sociale prônée par le Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE. 

Qu’est-ce qui a alors milité en faveur de cette performance louable? 

L’évolution de l’IDH repose sur trois composantes à savoir la santé et longévité (cadre de vie, énergie, l’espérance de vie à la naissance), l’éducation qui met l’accent sur le nombre moyen d’années de scolarisation et le nombre attendu d’années de scolarisation, et le niveau de vie qui fait référence au revenu national brut par habitant (création d’emploi et de richesse).

Il résulte de l’analyse que les trois composantes s’alignent parfaitement sur la vision ainsi que les axes de la Feuille de route gouvernementale dont les principales réalisations en lien avec les composantes de l’IDH déclinés ci-dessous ont contribué à cet exploit. 

1) Dans le domaine de la santé

Le taux d’accessibilité est passé de 71% en 2020 à 90,7% en 2023 

 a) Programme Wezou 

plus de 400640 femmes enceintes bénéficiaires avec 221 802 accouchements 

 b) Infrastructures sanitaires 

- Construction d’un hôpital national de référence 

- Construction de 6 hôpitaux mère-enfant dans les différentes régions dont 3 achevés 

- Construction de 86 nouvelles formations sanitaires et rénovation de 60 formations sanitaires avec la réception de 47 USP dans le cadre du projet SSEQCU (projet de Service de santé essentiels de qualité pour couverture sanitaire universelle) d’un montant de 40 milliards de FCFA. 

- Projet de réhabilitation et d’équipement des centres de santé préfectoraux et régionaux pour un coût de 7,36 milliards de FCFA.

c) Projet Ellipse pour la réhabilitation des CHU de Lomé et de Kara pour un montant de 67 milliards de FCFA d) Plus de 2500 professionnels de santé recrutés 

2) Dans le domaine de l’éducation 

Le taux global d’achèvement est passé de 88,6% en 2020 à 88,7% en 2022. Dans le secteur de l’éducation, les efforts ont été marqués ces quatre dernières années par des réalisations majeures: 

a) la construction ou la réhabilitation de plus 5000 salles de classe, 

b) le recrutement de 5000 nouveaux enseignants pour les niveaux primaires et secondaires 

c) la distribution gratuite de 700 000 manuels scolaires aux apprenants du primaire depuis la rentrée 2023-2024, 

d) la formation de 350 élèves inspecteurs et conseillers pédagogiques, 

e) Cantines scolaires: 1 125 écoles en sont bénéficiaires 

f) School Assur: plus de 4,5 millions de prestations en faveur d’environ 2 millions d’élèves. 

3) Secteur eau et assainissement 

Le taux d’accès à l’eau potable est de 69% en 2023 contre 60% en 2020 

a) Réalisations

- plus de 12 500 forages 

 - 60 000 branchements domestiques et 194 bornes fontaines 

b) Constructions de : 

- Cinq centres d’enfouissement de déchets, 5 bassins de rétention 

- Environ 25 000 latrines communautaires et familiales 

4) Énergie

Le taux d’accès à l’électricité est passé de 50% en 2020 à 68% en 2023 Quelques réalisations: 

a) Accès à l’électricité à plus de 600 000 ménages grâce aux projets CIZO, Fonds TINGA.

b) Augmentation de la production d’énergie avec les centrales solaires de Blitta et de Kekeli Efficient Power d’une capacité de 135 MW portant la production énergétique nationale à 303 MW.

c) Implantation et réhabilitation de 51 000 lampadaires pour l’éclairage public.

5) Agriculture 

Amélioration de la production des céréales qui était d’environ 1 350 000 tonnes en 2020, s’est établie selon les données statistiques en 2023 à 1 600 000 tonnes. 

a) Principales réalisations 

- Mise en place d’une subvention annuelle pour faire baisser les prix des engrais à 18 000 FCFA au lieu de 32 000 FCFA 

- Environ 11 milliards de FCFA sous forme de crédits pour l’amélioration de la production agricole 

- 663 magasins de stockage de produits agricoles construits et 164 en construction 

b) Aménagements des ZAAP 

Le nombre des Zones d’aménagements agricoles planifiées (ZAAP) est passé de 38 en 2020 à 231 en 2023 avec un total 35 000 ha. 

- Opérationnalisation de l’Agence de transformation agricole avec l’aménagement de 19 ZAAP d’excellence.

- Mise à disposition de plus de 3000 kits d’irrigation à pompe solaire 

6) Pistes rurales 

3000 km de pistes rurales réalisées en 2023 

Réalisations

- Environ 300 km de routes construites et réhabilitées 

- Environ 3000 km de pistes rurales achevées 

- 3000 unités d’ouvrages de franchissement achevés.

Toutes ces performances ont eu pour soubassement le climat de stabilité qui règne au Togo et l’engagement constant du chef de l’Etat à contribuer par le dialogue à la consolidation de la paix et la sécurité dans la sous-région, en Afrique et dans le monde.

30 juin 2024

Togo : Kodjo Adédzé a dirigé la première réunion stratégique du nouveau bureau de l’Assemblée nationale

 


Au siège de l’Assemblée nationale, le jeudi 27 juin 2024, le Président de la Représentation nationale, Sévon-Tepé Kodjo Adédzé, a dirigé la première réunion du bureau de la première législature de la Ve République. Cette réunion a été l’occasion pour le nouveau Président de partager avec les autres membres du bureau sa vision pour l’institution parlementaire.

Au cours de cette réunion, les nouveaux membres du bureau ont eu l'occasion de se familiariser avec les compétences générales en matière d'organisation et de fonctionnement interne de l'Assemblée nationale. Plusieurs communications ont été présentées, offrant un aperçu global de l'administration parlementaire, de l'organisation des travaux, de l'état des projets de loi en instance, ainsi que de la diplomatie parlementaire.

Le Président de l'Assemblée nationale a souligné la nécessité de rationaliser l'architecture et la gouvernance de l'administration parlementaire. Il a insisté sur l'importance de disposer d'un personnel qualifié pour fournir une assistance impartiale. Dans le contexte constitutionnel rénové, il a appelé à une nouvelle dimension du contrôle parlementaire de l'action du gouvernement et à un renforcement de la qualité de la législation, en termes de clarté, de simplicité et d'efficacité.

Des valeurs essentielles telles que la ponctualité, la disponibilité, la solidarité et l'excellence ont été partagées au cours de cette réunion pour améliorer davantage la production législative et la performance de l'administration parlementaire.

Cette première réunion du bureau de l’Assemblée nationale est une étape significative dans l'initiation des nouveaux membres aux responsabilités de leurs rôles, tout en posant les bases d'une gouvernance parlementaire plus efficace et transparente.

28 juin 2024

Togo-Assemblée nationale/Clôture de la première session ordinaire de l'année 2024 : bilan et perspectives



Le Président de l'Assemblée nationale, Sévon-Tepé Kodjo Adédzé, a procédé ce jeudi 28 juin 2024 à la clôture de la première session ordinaire de l'année, conformément aux dispositions de l'article 12 alinéa 1er de la Constitution. La cérémonie s'est déroulée en présence du ministre des Droits de l'Homme, de la Formation à la Citoyenneté et des Relations avec les Institutions de la République, Pâcome Adjourouvi. 


Une session marquée par des avancées législatives

Dans son discours de clôture, le Président de l'Assemblée nationale a souligné les progrès réalisés au cours de cette session. « La vie parlementaire est rythmée aussi bien par des dispositions constitutionnelles que par le Règlement intérieur. Leurs effets conjugués imposent la clôture de la première session ordinaire de l'année 2024, ouverte le 5 mars dernier ».  

La reconnaissance et l’engagement du Président de l’Assemblée nationale

Le Président de l’Assemblée nationale a exprimé sa gratitude au bureau d’âge, à la commission spéciale et à ses collègues députés pour la confiance accordée en l'élisant Président de l'Assemblée nationale de cette première législature de la Vème République. Il a rendu hommage au Président de la République, SEM Faure Essozimna Gnassingbé avant de saluer le travail remarquable accompli par la législature précédente sous la présidence de Madame Yawa Djigbodi Tsègan tout en affirmant son engagement à poursuivre et consolider les réformes institutionnelles entamées.


« Je saisie l'opportunité pour saluer le travail, les efforts fournis tant par le bureau d’âge que par la commission spéciale ayant conduit les travaux de relecture du Règlement intérieur. Aux cours des travaux de clôture de cette session de droit, nous avons élu un bureau de treize membres pour cette première législature de la Ve République. A l’issue de cette élection, la grande majorité des collègues députés a accordé à ma modeste personne la responsabilité d’assurer les fonctions de Président de l’Assemblée nationale. Je vous en suis très reconnaissant», a indiqué Mr Adédzé

Et d'ajouter : «En cet instant précis, je tiens à adresser avec déférence mes vives et sincères admirations à Son Excellence, Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé, Président de la République. Sa grande vision de modernisation et de transformation structurelle de notre cher pays le Togo nous engage à plus de service et d’exigence. Je salue également le travail remarquable accompli avec dévouement par le bureau sortant de la sixième Législature de la quatrième République sous la présidence de Madame Yawa Djigbodi Tsègan. Nous nous engageons à poursuivre et consolider les grands chantiers de réformes institutionnelles amorcés par la précédente législature en vue du rayonnement de notre Togo chéri, l’Or de l’humanité ».


Projets de loi, propositions de loi et proposition de résolution adoptés

Le Président de la Représentation nationale a passé en revue les lois et résolutions adoptées au cours de cette première session ordinaire de l’année en mentionnant notamment : la loi portant prorogation de l'état d'urgence sécuritaire dans la région des Savanes pour une période de douze mois à compter du 13 mars 2024, la loi autorisant l'adhésion du Togo à l'Accord portant création de la Société islamique d'assurance des investissements et des crédits à l'exportation (SIACE) adoptée le 4 avril 2024, la loi portant Constitution de la Ve République togolaise le 25 mars 2024 et la résolution portant règlement intérieur de l’Assemblée nationale.


Des élections importantes pour la consolidation de la démocratie

Le discours a également mis en lumière les élections importantes qui ont eu lieu pendant cette session. 

« L'Assemblée plénière a procédé le 15 mars 2024, à l'élection des neuf membres de la Commission Nationale des Droits de l'Homme (CNDH) et le 19 avril 2024, à l'élection d'un membre de la Cour constitutionnelle au titre des membres à lire par l'Assemblée nationale »


Une diplomatie parlementaire active et renforcée

« Sur le plan de la diplomatie parlementaire, je nous annonce que la section nationale togolaise occupe pour les cinq prochaines années la présidence du parlement de la CEDEAO. À cet effet, notre collègue, l'honorable Ibrahima Mémounatou est actuellement la Présidente du parlement de la CEDEAO », a annoncé le Président de l’Assemblée nationale. Il a également mentionné la 53e session du Comité Interparlementaire de l'Union Économique et Monétaire Ouest-Africaine (CIP-UEMOA), tenue au Togo le 18 mars 2024.


Un appel à la responsabilité et à l'engagement des députés

Le discours du Président de l’Assemblée nationale a mis en lumière la transition institutionnelle, la fierté et la résilience nationales, la responsabilité accrue des députés, et la nécessité de se concentrer sur des objectifs fondamentaux pour renforcer la législation et la gouvernance. Il a appellé également à des actions guidées par des valeurs de rigueur et de compétence pour garantir la légitimité et la confiance des institutions auprès de la population.

« Je m’adresse à nous, membres de la première législature de la cinquième République, à un moment sans précédent dans l’histoire de la patrie. J’emploie le mot « sans précédent » non parce qu’il marque la fin d’une Législature et le commencement d’une autre, mais parce qu’aucune époque précédente n’a connu ce repositionnement institutionnel des pouvoirs publics constitutionnels togolais. En tant que nation, nous pouvons être fiers du fait que nous avons le cœur tendre ; mais nous ne nous permettons pas d’être faibles d’esprit. Notre destin commun, nous le gardons jalousement dans nos mains, nos choix nous les opérons avec audace et responsabilité, notre avenir nous l’envisageons plus radieux dans un monde même incertain. Dans ce sens, je l’entrevois, cette nation a confié son destin aux mains, aux esprits et aux cœurs de 113 femmes et hommes républicains attachés à un climat de paix pour réaliser deux objectifs fondamentaux : Premièrement, il s’agit de continuer par assumer les prérogatives traditionnelles de fabrication des lois et du contrôle de l’action du Gouvernement. Cependant, dans le contexte constitutionnel nouveau, j’ai engagé hier les membres du Bureau de l’Assemblée nationale, lors de notre réunion de prise de contact, à veiller d’un côté, au renforcement de la qualité de la législation à travers sa clarté, sa simplicité et son efficacité ; de l’autre, à donner une nouvelle dimension au contrôle et à l’évaluation de l’action gouvernementale. Deuxièmement, il s’agit d’assumer avec lucidité les nouvelles prérogatives constitutionnelles de désignation des deux très hautes personnalités de l’Exécutif, que sont le Président de la République et le Président du Conseil. Il est dès lors nécessaire que nos actions et notre politique soient consacrées principalement, presque exclusivement, à répondre à cette double exigence républicaine. La nation en tirera une grande satisfaction et l’Exécutif la légitimité nécessaire pour satisfaire aux multiples besoins de notre valeureuse et paisible population. Travaillons à la consolidation de la relation de confiance entre les institutions que nous incarnons et notre population. Ayons donc une fierté teintée de grande responsabilité. C’est dans ce sens que j’ai aussi insisté, lors de la réunion du Bureau, sur les valeurs qui doivent guider nos actions à savoir : la ponctualité et la dextérité », a-t-il indiqué.

Le Président de l'Assemblée nationale a conclu son discours en rappelant aux députés les exigences fondamentales à garder à l'esprit tout au long de la législature. Il a émis le vœu que l'intersession inspire les députés à poursuivre leur mission de légiférer avec un profond sens du devoir envers la nation et les citoyens. Il a encouragé ses collègues à maintenir le dialogue avec la population, tout en restant disponibles pour d'éventuelles sessions extraordinaires avant d’implorer « les bonnes grâces divines sur notre pays, sur chaque cellule familiale » et sur la première législature de la cinquième République.

Les députés entament ainsi l’intersession ou vacances parlementaires pour une durée de trois (3) mois, conformément aux dispositions de l’article 12 de la Constitution. La deuxième session ordinaire de l’année s’ouvre le premier mardi du mois d’octobre.

25 juin 2024

Togo /Mise en œuvre effective de la constitution de la Ve République : les choses vont bon train



Depuis le lundi 06 mai 2024, date de la promulgation de la Nouvelle Constitution par le chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé, le Togo  le Togo est rentré dans la Vème République avec le régime parlementaire. L'opinion publique se pose beaucoup de questions sur le mandat du Président de la République qui arrive à terme en 2025, l’avenir des Institutions de la République en place,  le mandat des députés élus le 29 avril dernier, le Premier ministre.  La réponses à toutes ces inquiétudes est prévue  par les dispositions transitoires et finales au Titre VI dans la nouvelle loi fondamentale.


I- Mise en place des institutions

Selon l'article 95 de la Constitution, les institutions de la République doivent être mises en place dans un délai maximum de 12 mois à compter de la date d'entrée en vigueur de la nouvelle Constitution.

II- Maintien des institutions actuelles 

Pendant cette période, toutes les institutions de la République, y compris celles du système judiciaire, continuent de fonctionner selon les dispositions de la Constitution du 14 octobre 1992 révisée (Article 96).

III- Mandat des députés

Le mandat des députés élus, le 29 avril 2024, à l'Assemblée nationale a débuté le jour de leur première réunion  (Article 96).

IV- Fonctionnement de la Cour constitutionnelle

Les membres de la Cour constitutionnelle restent en fonction jusqu'à l'installation des nouveaux membres conformément aux nouvelles dispositions (Article 96).

V- Pouvoir présidentiel 

Les pouvoirs du Président de la République en fonction lors de la promulgation de la nouvelle Constitution expirent après l'entrée en fonction du Président du Conseil et l'élection du nouveau Président de la République (Article 97).

Cette entrée en fonction devrait intervenir avant le 05 mai 2025.

VI- Nomination du Premier ministre

Pour cette période, un Premier ministre sera nommé. Ce Premier ministre et son gouvernement devront compléter leur mission au plus tard le 5 mai 2025.

VII- Continuité de l'Etat

Cette période est coordonnée en vue de garantir la continuité des institutions républicaines tout en s'adaptant aux nouvelles dispositions constitutionnelles.

22 juin 2024

Exemption de visa diplomatique entre le Togo et l’Afrique du Sud

 



Les officiels togolais ainsi que les fonctionnaires détenteurs de passeports de service n’ont plus besoin de visa pour se rendre en Afrique du Sud. Les deux pays ont en effet scellé depuis le 18 juin dernier un accord dans ce sens. 

Avec cette nouvelle facilité, la Nation arc-en-ciel rejoint la liste des pays avec lesquels le Togo a conclu des ententes similaires, comme le Gabon, le Maroc, la Russie, le Brésil, ou encore le Qatar. 

Nous travaillons d’ores et déjà pour les autres catégories de passeports”, a rassuré le chef de la diplomatie togolaise, Robert Dussey, qui a remercié son homologue, Naledi Pandor pour son engagement à oeuvrer également pour le renforcement de la coopération bilatérale entre Lomé et Prétoria.

20 juin 2024

Coopération : Réunion d’échanges entre le Togo et les partenaires techniques et financiers


Ce mercredi 19 juin 2024, Madame le ministre, Secrétaire général de la Présidence de la République, Sandra Ablamba Johnson, a présidé une réunion d’échanges avec un premier groupe de partenaires techniques et financiers.

Cette rencontre qui se veut périodique a pour objectif de faire l’état de la coopération et d’identifier les principaux défis relatifs aux différents projets de développement et ceci pour plus de célérité dans l’exécution desdits projets avec des impacts significatifs.

Au cours de cette séance de travail, il ressort globalement que l’aide publique au développement s’est établie sur la période 2018-2022 à environ 3 000 millions de dollars US soit environ 2 000 milliards de francs CFA.

Dans le contexte économique actuel que traversent les pays, marqué par des conditions de financement beaucoup plus difficiles, et en vue de coordonner et rationaliser efficacement les différentes interventions pour une optimisation des ressources, le gouvernement vient de redynamiser la Plateforme dont la nouvelle monture sera présentée aux partenaires dans les prochains jours.

Madame Sandra Ablamba Johnson, ministre, Secrétaire général de la Présidence de la République, a, au nom du chef de l’Etat remercié les partenaires techniques et financiers pour leur soutien constant et surtout pour les riches contributions ayant marqué les discussions.

Elle a réitéré la forte volonté du gouvernement sous le leadership du Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé de créer toutes les conditions pour une mise en œuvre accélérée des différents projets en partenariat avec leurs différentes institutions afin de garder la dynamique du développement économique, social et inclusif conformément aux axes de la Feuille de route gouvernementale Togo 2025.

Les partenaires techniques et financiers, de leur côté, ont réaffirmé leur disponibilité à accompagner le Togo dans ses efforts de développement. Ils ont promis d’œuvrer en interne en vue de soumettre les propositions pertinentes visant à renforcer la coordination ainsi que la coopération aussi bien multilatérale que bilatérale.

Enfin, les partenaires techniques et financiers ont été invités à actualiser les données statistiques (socio-économiques et démographiques) sur leurs différents canaux afin de mieux faire ressortir les évolutions récentes notées au niveau du pays.

14 juin 2024

Togo : Kodjzo Adedze élu président de l’Assemblée nationale


Au Togo, la première Assemblée nationale de la 5ème République a son président. Il s'agit de l'ancien ministre de l'urbanisme kodzo  Adedze. Il a été élu ce  vendredi 14 juin 2024 par les députés lors d'une  au siège du parlement à Lomé.


En effet, à l’issue des votes, M. Adedze Kodzo, député élu en avril dernier dans la circonscription électorale de Zio pour le parti Union pour la République (UNIR) a été choisi président de l’Assemblée Nationale pour le compte de la 7ème législature, avec 106 voix obtenues sur 1O9. Les travaux ont été dirigés par le doyen d’âge, l’honorable Tchabouré Aimé Gogué.

Le successeur de Mme Yawa Tségan avait précédemment occupé le poste de ministre d’État, ministre de l’urbanisme, de l’habitat et de la réforme foncière, ministre du commerce, commissaire de l'OTR.

Les autres membres du bureau sont aussi connus. Les ministres Kassa-Traoré Zouheratou, Dodzi Kokoroko et Myriam Dossou d’Almeida sont élus Vice-présidents de l’Assemblée nationale.


Le bureau au complet

Président : ADEDZE Kodjo

1er Vice-président : Mme KASSA TRAORE 

2ème Vice-président : KANGNENI Gbalguibia

3ème Vice-président : KOROROKO Komlan 

4ème Vice-président :  DZREKE Ayao

5ème Vice-président : OURO SAMA

6ème Vice-président : DOSSOU D'ALMEIDA

 1er Questeur : KPATCHA

 2ème Questeur : ADANLETE lawson

 3ème Questeur : NOMONI Tchekere

Secrétaires parlementaires

-GANI Koffi 

-Mme MBOMA Ameyo

-SOKLIMGBE Sénou


10 juin 2024

Retour sur les grands axes de l’intervention de Faure Gnassingbé au siège de l’ONG IYF à Séoul, appelant la jeunesse à ne pas être des proies faciles pour les groupes terroristes


Le chef de l’Etat togolais, Faure Essozimna Gnassingbé a pris part activement au premier sommet Corée-Afrique qui s’est déroulé les 4 et 5 juin 2024 à Islan et à Séoul. A la fin de son séjour, le Président de la République a visité le Centre international de l’ONG International Youth Fellowship (IYF) où il a échangé avec le fondateur du Centre Révérend Pasteur Ock Soo Park sur ses ambitions pour le Togo.  

Au siège de l’ONG à Séoul, le chef de l’Etat a beaucoup plaidé pour la formation de la jeunesse à « de bonnes valeurs, afin qu'elle ne tombe pas dans la facilité et les vices notamment le terrorisme et l'extrémisme violent».

En effet, le raisonnement de Faure Gnassingbé part du constat que les jeunes sont les premières cibles des terroristes pour les recrues et donc c'est dans ce sens qu'il en est venu à la qualifier de jeunesse qui agit sans réfléchir (cette jeunesse qui s'engage dans les groupes terroristes). 

Dans cette adresse, le président de la République a rappelé ce que c'est qu'être jeunes dans la sous-région ouest africaine : c'est être une proie facile pour les groupes  la criminels  et terroristes mais aussi pour les sirènes du gain immédiat mais qui peut détruire.

C'est à dessein qu'il explique que les valeurs d'éthique, le travail sur soi et l'éducation sont des outils essentiels de réduction de la vulnérabilité des jeunes. 


Voir ci-dessous en intégralité, l’intervention du chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé, au siège de l’ONG IYF.

« Pour moi, c’était une façon de lui dire. Merci. Merci pour ce qu’il fait pour la jeunesse dans le monde et surtout merci pour ce qu’il fait pour la jeunesse togolaise.

Il vient de très loin et malgré son âge respectable et la difficulté du voyage, il se rend au Togo pour superviser, pour contrôler le travail qui est fait. Et quand moi je peux, je le reçois. Nous discutons de l’évolution de ses activités dans mon pays.

Mais ce que je ne savais pas parce que moi quand je lui ai dit que je viendrais le voir ici en Corée, je pensais que ce serait comme on le fait à Lomé, c’est à dire lui et moi. On est quatre ou cinq personnes, on discute un peu. Je ne pensais pas qu’il me réserverait un accueil aussi chaleureux, aussi bruyant et vraiment, je me sens honoré par cet accueil et je vous dis merci.

Je suis impressionné. Lui et moi nous partageons la foi en Dieu. C’est pour ça que quand il vient, il tient toujours et moi j’accepte volontiers à ce que nous prions. Il prie pour moi, parce que la tâche, ma mission est difficile à la tête du pays. Il prie pour mon pays, il prie pour la jeunesse.

Mais je veux surtout lui dire merci. Parce que, s’il y a un continent qui possède, qui regorge beaucoup de jeunes, c’est le continent africain. Je crois que c’est le continent où la population croit. C’est le continent où la population est la plus jeune. Être jeune, ce n’est pas une qualité, ce n’est pas un défaut. C’est un état. C’est l’âge que nous avons qui nous confère  cette jeunesse.

Il me semble qu’un jeune éduqué qui a de bonnes valeurs est une chance et l’avenir d’un pays.

Mais un jeune qui n’est pas éduqué, qui n’a pas les bonnes valeurs peut détruire aussi son environnement ou un pays.

Je vis  dans une région, l’Afrique de l’Ouest,  qui fait face aujourd’hui au terrorisme et les personnes qui sont recrutées pour commettre des actes terroristes, ce sont essentiellement des jeunes.

Ces jeunes acceptent cela, parce qu’il y a la radicalisation, il y a l’extrémisme violent, il y a la pauvreté. Donc quand ils n’ont pas un métier, quand ils n’ont pas un travail, ils sont livrés à eux-mêmes. Quand les terroristes essaient de les recruter, ils acceptent parce que pour eux, c’est une alternative. Quand ils acceptent, ils sont formés. Ils ont une arme. Ayant une arme en menaçant les pauvres populations, ils peuvent s’enrichir, parce qu’ils volent, ils pillent. Ils peuvent avoir accès à une femme, parce qu’ils violent ces femmes-là.

S’il a les bonnes valeurs, il va travailler, il va réussir. Il va avoir des revenus, fonder une famille et également soutenir ces parents qui l’ont élevé.

Mais l’Afrique de l’ouest est une région où il y a de beaucoup d’armes. Donc quand le jeune est au chômage, et qu’il a de mauvaises valeurs, il prend une arme, il peut avoir de l’argent, il peut avoir des femmes, …mais de façon négative, de façon destructive.  Il détruit son environnement parce que quand il y a le terrorisme, comme c’est le cas dans certaines régions de l’Afrique de l’ouest, les écoles sont fermées, les hôpitaux sont fermés et les réfugiés ne font qu’entasser dans le pays.

Donc le travail qui se fait, à travers ce centre, dans le monde, au profit de la jeunesse, pour moi, c’est quelque chose d’essentiel.  Parce que je vis dans ma région, l’Afrique de l’Ouest, les conséquences désastreuses d’une jeunesse qui n’arrive pas à réfléchir avant d’agir, qui ne se maitrise pas.

Je vais renforcer nos relations en envoyant des professeurs pour se faire former ici et pour poursuivre le travail que vous avez commencé dans mon pays.

Encore une fois, je vous remercie pour votre accueil chaleureux, pour votre accueil sympathique, fraternel et au nom du peuple togolais, je voudrais remercier mon ami et remercier tous les membres de ce centre ».

06 juin 2024

A Séoul, Faure Gnassingbé mobilise les investisseurs sud-coréens


En séjour à Séoul où il a activement pris part au premier sommet Corée-Afrique, le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé, a également eu plusieurs rencontres avec des personnalités du monde économique, financier et des affaires du Pays du matin calme. Objectif : renforcer et diversifier la coopération. 

Agriculture : vers une adhésion du Togo au KAFACI 

Le n°1 togolais s’est entretenu dans ce sens avec le président de l’Autorité nationale coréenne de développement agricole, l’entité chargée de la tutelle de la Korea-Africa Food and Agriculture coopération initiative (KAFACI). 

Au menu des échanges, les modalités d’adhésion du Togo à cette structure de partenariat technologique agricole à l’échelle continentale. L’enjeu est de bénéficier d’une assistance technique, en particulier dans la filière rizicole. 

Une équipe de responsables de la KAFACI est attendue prochainement au Togo, pour finaliser les derniers détails. 

Economie numérique, environnement, de nouvelles perspectives d’investissement

D’autres secteurs ont également fait l’objet de discussions avec d’autres interlocuteurs. Tour à tour avec le président de la Fondation Corée-Afrique et celui de l’Agence coréenne de coopération internationale (KOICA), le chef de l’Etat a discuté des possibilités d’investissement au Togo dans les domaines de développement de l’économie numérique, d’amélioration des systèmes douaniers, de passation des marchés publics, ou encore de renforcement du système sanitaire. 

Enfin, la gestion de l’environnement et le secteur du climat ont également été à l’agenda présidentiel, à travers des entretiens avec les responsables du Fonds vert pour le climat et de la compagnie coréenne SEJIN. G&E. 

Avec ces derniers, les échanges ont porté sur un appui au niveau des politiques gouvernementales en matière de résilience face au changement climatique, l’assainissement du cadre de vie et la gestion/transformation des ordures en biogaz.

04 juin 2024

Diplomatie Togo/Corée du Sud : Echanges fructueux entre Faure Gnassingbé et son homologue Yoon Suk-yeol



Le chef de l’Etat togolais Faure Essozimna Gnassingbé sejourne depuis dimanche à Séoul où il prend part au premier sommet Corée du Sud-Afrique. Il s’est entretenu, ce 03 juin 2024, avec son homologue  Yoon Suk-yeol au palais présidentiel, sur la coopération bilatérale et les questions d’intérêt commun.   


Le Togo et la Corée du Sud sont liés par un partenariat dans différents domaines notamment diplomatique, économique, commercial, agricole, éducatif et culturel.

Les deux chefs d’Etat ont convenu des mécanismes de renforcement de cette coopération dans des secteurs prioritaires, notamment l’éducation (science technologie, ingénierie et mathématiques), la santé, les infrastructures et l’autosuffisance alimentaire.

Pour le Togo, il est question de s’inspirer du modèle de développement de la Corée qui, de pays pauvre dans les années 60, est devenu, aujourd’hui, un pays pourvoyeur d’aide.

Le chef de l’Etat et son homologue ont également évoqué les questions d’ordre international relatives à la paix et à la sécurité et surtout au terrorisme et à l’extrémisme violent que connaissent les pays du Sahel et leurs voisins.

La coopération entre Lomé et Séoul remonte à juillet 1963 avec l’établissement des relations diplomatiques. Ce partenariat a connu ces dernières années un nouveau dynamisme avec la visite en mars 2023 du Ministre togolais des affaires étrangères en Corée du Sud et celle du Premier ministre sud-coréen au Togo en octobre 2023.

02 juin 2024

Faure Gnassingbé à Séoul pour le premier sommet Corée du Sud-Afrique


Le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé, est arrivé ce 02 juin 2024 à Séoul, pour prendre part au premier sommet Corée-Afrique, à l’invitation du Président de la République de Corée, Yoon Suk-yeol.

 
Cette rencontre de haut niveau qui s’ouvre le 4 juin prochain a pour thème « L’avenir que nous construisons ensemble : Croissance partagée, durabilité et solidarité ».

Elle entend préciser, selon un communiqué de la présidence de la République en date de ce dimanche 2 juin 2024, les contours d’un partenariat solide et diversifié entre les pays participants et la République de Corée, pour construire une prospérité durable.
 
Ce sommet vise à consacrer l’engagement de Séoul à travailler de concert avec les États africains au renforcement de la coopération et à la promotion de la solidarité pour créer un avenir commun durable, dans un environnement de paix et de sécurité.
 
Le forum économique prévu en marge du sommet permettra d’explorer davantage les opportunités de partenariat dans les secteurs de l’économie, des investissements, de l’énergie, du commerce, des infrastructures, de l’agriculture, du numérique, de la santé et de l’éducation.
  
Les relations diplomatiques entre la Corée du sud et le Togo ont été établies le 26 juillet 1963, et donnent lieu à une coopération multiforme alignée sur les enjeux contemporains, notamment la sécurité alimentaire et sanitaire et les changements climatiques.

Le chef de l’État, Faure Essozimna Gnassingbé, s’entretiendra en tête à tête avec son homologue, le Président Yoon Suk-yeol, sur les perspectives de renforcement de ce cadre de partenariat mutuellement bénéfique.

31 mai 2024

Togo : L'Assemblée nationale a un nouveau règlement intérieur


Au Togo, les députés de la 7ème législature ont pris part ce  jeudi 30 Mai à la session de droit  à l’hémicycle sous la présidence du doyen d'Age Aimé Tchaboure GOGUE du parti Alliance des démocrates pour un développement intégral (ADDI). 


La session s'est déroulée en présence du  Ministre en charge des Droits de l'Homme Pâcome Adjourouvi. Les nouveaux députés ont poursuivi  la lecture et  l'amendement du règlement intérieur de l'Assemblée Nationale dont les travaux étaient suspendus lors de  la séance du 21 mai dernier.  Ledit  texte est structurée en 10 titres de 138 articles.

La promulgation de la loi N° 2024-005 par le Président de la République, Faure Gnassingbé, portant Constitution de la République togolaise marque une nouvelle étape qui induit des changements notoires  dans la vie institutionnelle au Togo, dans le cadre du renforcement de la démocratie.   

Au vue de la Constitution de la Vème République, l’Assemblée nationale et le Sénat ont désormais un rôle  de premier plan à jouer dans le pays.  

Le nouveau Règlement intérieur qui intègre des innovations majeures, la navette parlementaire, l'élection du Président de la République et la désignation du Président du Conseil, les rapports entre l'Assemblée nationale et certaines institutions de la République  telles que le Conseil économique, social et environnement ainsi que  la cour de justice de la République.


Il ne s'agit pas d'un amendement en soi. Il est question de l'élaboration d'un nouveau Règlement intérieur qui vient d'être adopté  a l'unanimité par l'assemblée nationale.

"En tenant compte de la nouvelle Constitution, toutes les lois du pays doivent être en conformité avec le régime parlementaire. Avec les deux chambres dont disposera le pays dans la pratique parlementaire, l'une des nouveautés est la navette que connaitra le processus d'adoption des lois", a confié le député Sélom Klassou, président de la commission spéciale ayant eu la charge de la proposition du nouveau Règlement intérieur.

Il faut également noter qu'en matière d'innovation,  la durée du mandat du président et du bureau de l'Assemblée nationale est fixée à 3 ans renouvelable, la durée des sessions ordinaires est ramenée à 3 mois, la consécration de la fonction législative par l'Assemblée nationale à titre principal, l'élection du Président de la République en Congrès (Assemblée nationale et sénat), la définition du groupe parlementaire, son organisation et ses attributions, notamment la présentation des candidats du parti ou coalition de partis à la fonction de Président de la République et la mise en place d'un bureau. 

On peut aussi relever la redénomination d'une commission parlementaire à l'instar de la commission de l'éducation, de la communication et du développement socio-culturel.

30 mai 2024

Togo : L'ancien et le nouveau chefs d’Etat-major général des FAT chez le président Faure Gnassingbé



Le chef de l’État, Faure Essozimna Gnassingbé, chef des armes a reçu ce jeudi 30 mai 2024, le Général de Brigade aérienne Djato Tassounti, ancien chef d’Etat-major général des Forces armées togolaises, admis à la retraite d’ancienneté au sein des FAT.


Le Président de la République a félicité l’Officier général pour sa brillante carrière militaire et le service rendu à la nation dans l’exercice de ses fonctions.

Le Général de Brigade aérienne Djato Tassounti a remercié le chef de l’Etat, chef des armées pour la confiance placée en lui et son soutien permanent durant sa carrière avec la mise à disposition des moyens opérationnels au profit des forces de défense et de sécurité.

Il a réitéré sa loyauté au Président de la République dans sa vision de sécurisation de notre pays et dans sa politique de paix et de développement.

Le chef de l’État, Faure Essozimna Gnassingbé a ensuite reçu le Général de Brigade Allahare Dimini, nouveau chef d’Etat-major général des Forces armées togolaises (FAT), nommé le 27 mai dernier.  Le Président de la République l’a également félicité en lui souhaitant plein succès dans sa nouvelle charge.

Le nouveau chef d’État-major des FAT a exprimé sa reconnaissance au Président de la République, chef des armées pour cette nouvelle charge à lui confiée. Il a réaffirmé sa fidélité au chef des armes et l’engagement des FAT à assurer la sécurité de la population et à lutter contre le terrorisme et l’extrémisme violent.